Quel coût énergétique pour un poste de travail ?

Card image cap

14 mars 2019| par Paul Najafi | dans energies

Le matin, lorsque vous vous asseyez à votre bureau, vous allumez la lumière, vous lancez votre ordinateur et vous réglez la température, chauffage ou climatisation selon la saison. Dès les premières minutes de votre arrivée, vous consommez déjà trois usages énergétiques. À la fin de l’année, que pèse le coût de l’énergie dans vos dépenses ?

L’Arseg publie tous les ans ses Buzzy ratios sur la performance de l’environnement de travail. Ces chiffres clefs mettent en lumière le coût d’un poste de travail et le découpage des dépenses. En 2016, il faut compter en moyenne un budget de 15 318 € par poste de travail (en intégrant le poste voyages et déplacements professionnels). Les coûts d’exploitation représentent la 3ème source de dépenses (13%) après le loyer et les moyens et équipements. Ces coûts d’exploitation reviennent en moyenne à 104 € / m2 et se découpent en sous-catégories dont les dépenses énergétiques occupent la première place avec la sécurité (22 € / m2), devant la maintenance. Le poste de la sécurité (25 € / m2 en 2015) a reculé au profit des dépenses énergétiques.

Avec le développement de nouveaux usages énergétiques notamment les équipements bureautiques, le tertiaire affiche une augmentation moyenne de sa consommation finale d’énergie de 2% par an (source ADEME). En parallèle, c’est aussi le coût de l’énergie qui est en hausse : le kWh électrique a subi une augmentation de 26% entre 2009 et 2015. Les prévisions pour les prochaines années suivent cette tendance : les dépenses énergétiques pour les entreprises promettent de devenir de plus en plus chères !

La France, mauvais élève ?

Selon l’édition 2015 des Chiffres clefs du climat, de l’air et de l’énergie publiée par l’ADEME, la consommation des bureaux tertiaires français s’élève à 266 kWh/m2. Si ce chiffre dénote une progression, il nous place surtout comme retardataire au regard de nos voisins européens comme le Royaume-Uni (168 kWh/m2), l’Espagne (111 kWh/m2) et surtout l’Allemagne (99 kWh/m2). D’autant plus que pour 1 kWh d’énergie finale, celle qui vous est facturée, il faut en réalité produire 2,58 kWh…

Il nous reste encore du travail pour réduire notre coût écologique et par extension, agir sur nos dépenses !