Blog

Les gaspillages énergétiques que vous ne soupçonnez pas

L’énergie est une dépense nécessaire pour l’activité d’une entreprise. Elle pèse cependant de plus en plus dans le budget. Toute l’énergie que vous consommez est-elle utile ? Lumière sur quelques exemples de gaspillages…

Le facteur humain - Les ordinateurs qui restent en veille, la lumière ou encore le chauffage qu’on oublie d’éteindre. En l’absence de pilotage, ces petits oublis répétés ou continus contribuent largement à l’augmentation de la facture.

Les limites du pilotage - Le pilotage présente aussi ses défauts. Un pilotage mal réglé ou partiel, une GTB qui fonctionne mal... Dans un IUT, bien que les ordinateurs soient pilotés, nous avons mesuré une consommation énergétique inutile des prises de courant de 54% en période inoccupée. Pendant toute la semaine de mesure, le talon constant de puissance appelée était de 3 800W. C’est l’équivalent de 10 260 ampoules de 40W allumées pendant une heure !

Un matériel défectueux ou vieillissant - Un équipement perd en performance au fil de son cycle de vie. Son rendement se détériore encore plus rapidement si l’entretien est négligé. Ce constat est vrai pour les systèmes de production et d’émission climatiques mais aussi pour l’éclairage : la poussière joue sur l’accélération du déclin du rendement lumineux.

Les déperditions du bâtiment -  Avez-vous déjà pensé au lien entre la consommation de chauffage et les gaines d’ascenseur ? Les gaines provoquent un effet de cheminée due à l’ouverture permanente pour la ventilation et le désenfumage. Cette fuite d’air entraîne une surconsommation de chauffage non-négligeable. Les parois des pièces jouxtant les gaines d’ascenseur sont également refroidies par l’appel d’air. Suite à l’audit d’un immeuble de bureaux de 46 étages, nous avons permis à l’entreprise de réaliser 39% d’économies sur leur facture de gaz.

N’oublions pas la flotte automobile - Les gaspillages énergétiques ne concernent pas que les bâtiments. Dans une flotte automobile, le manque de suivi de la pression des pneumatiques influe directement sur la consommation de carburant. Un écart d’un bar implique une augmentation de 5% du RCC (coefficient de friction), ce qui implique l’augmentation de la consommation d’essence de 1% !

Ce ne sont que quelques exemples parmi tout ce que nous avons pu mesurer et observer chez nos clients. Pour connaître avec précision, où, quand et comment se produisent les gaspillages énergétiques, il est nécessaire de réaliser un audit. Il vous permettra d’obtenir une cartographie complète des déperditions et de pouvoir agir de façon ciblée pour optimiser vos consommations.

Contenu Relatif